belles histoires

Publié le

 


                                
                                                                                                                                                         











                                  Deux hommes
            
                             ( l'auteur m'est inconnu)

Deux hommes gravement malades occupaient la meme chambre d'hopital.
L'un d'eux devait s'asseoir sur sur son lit pendant une heure chaque après midi afin d'évacuer les sécrétions de ses poumons; son lit était à coté de la seule fenetre de la chambre; l'autre devait passer ses journées couché sur le dos. Les deux compagnons se parlaient pendant des heures; ils parlaient de leurs épouses et de leurs familles, ils décrivaient leur maison, leur travail, leur participation dans le service militaire et les endroits ou ils avaient été en vacances. Chaque aprés midi,quand l'homme dans le lit  prés de la fenetre pouvait s'asseoir, il passait le temps à décrire à son compagnon de chambre tout ce qu'il voyait dehors. l'homme dans l'autre lit commença à vivre pour ces périodes d' une heure ou son monde était élargi et égayé par toutes les activités et les couleurs du monde extérieure.De la chambre, la vue donnait sur un parc avec un beau lac, des canards et des cygnes jouaient sur l'eau tandis que des enfants faisaient voguer leurs bateaux modèles réduits.Des amoureux marchaient bras dessus, bras dessous, parmi les fleurs aux couleurs de l'arc en ciel, de grands arbres décoraient le paysage, et on pouvait percevoir  la ville au loin.
Pendant que l'homme  prés de la fenetre décrivait tous ces détails, l'homme de l'autre coté de la chambre fermait les yeux et imaginait la scène pittoresque. Lors d'un bel aprés midi, l'homme prés de la fenetre décrivit une parade qui passait par là. Bien que l'autre homme n'ait pu entendre l'orchestre, il pouvait le voir avec les yeux de son imagination tellement son compagnon le dépeignait de façon vivante! 
Les jours et les semaines passèren. Un matin à l'heure du bain ,l'infirmière trouva le corps  sans vie de l'homme prés de la fenetre, mort paisiblement dans son sommeil. Attristée, elle appela  les préposés pour qu'ils viennent prendre le corps.
Dés qu'il sentit que le temps était approprié, l'autre homme demanda s'il pouvait etre déplacé à coté de la fenetre.
Heureuse de lui accorder cette petite faveur , l'infirmière s'assura de son confort et le laissa seul.
Lentement, péniblemement, le malade se souleva un peu en s'appuyant sur un coude pour jetter son premier coup d'oeil dehors. Enfin il aurait la joie de voir par lui meme ce que son ami lui avait décrit; il s'étira pour se tourner  lentement vers la fenetre prés du lit.
Or, tout ce qu'il vit fut : un mur !...
L 'homme demanda à linfirmière pourquoi son compagnon de chambre décédé lui avait dépeint une toute autre réalité. L'infirmière lui répondit que l'homme était aveugle et ne pouvait meme pas voir le mur !
Peut etre a t il seulement voulu vous encourager, commenta t elle.
                           Epilogue
Rendre les autres heureux en dépit de nos propres épreuves nous procure  un bonheur extraordinaire!
La peine partagée réduit de moitié la douleur, mais le bonheur, une fois partagé s'en trouve doublé.
Si vous voulez vous sentir riche, vous n'avez qu'à compter, parmi toutes les choses que vous possédez, celles que l'argent ne peut acheter. Aujourdui est un cadeau, c'est pourquoi on l'appelle présent.
                                                           
                                                                                                                                                  (à jour le:31 décembre 2008)

  §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§


                                      

                                                           histoire d'un ane

Un jour, l'ane d'un fermier est tombé dans un puits.L'animal gémissait pitoyablement pendant des heures et le fermier se demandait quoi faire.Finalement, il avait décidé que l'ane était vieux et que le puits devait disparaitre de toute façon et ce n'était pas rentable pour lui de  récupérer l'ane.il à invité tous ses voisins à venir et à l'aider; ils ont tous saisi une pelle et ont commencé à  enterrer le puits. Au début l'ane à commencer à réaliser se qui se produisait, et se mit à crier terriblement. Puis, à la stupéfaction de chacun, il s'est tu. Quelques pelletées plus tard, le fermier a finalement regardé dans le fond du puits et a été étonné de ce qu'il a vu! Avec chaque pelleté de terre qui  tombait  sur lui, l'ane faisait quelque chose de stupéfiant ! il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus. Pendant que les voisins du fermier continuaient  à pelleter sur l'animal, il se secouait et montait dessus.Bientot, chacun a été stupéfié que l'ane soit hors du puits et se mit à trotter!
                  Epilogue
La vie va essayer de t'engloutir de toutes sortes d'ordures;
Le truc pour se sortir du trou est de se secouer pour avancer;
Chacun de tes ennuis est une pierre qui permet de progresser;
nous pouvons sortir des puits les plus profonds en n'aretant jamais;
il ne faut jamais abandonner! secoue toi et fonce!








                                     

                                  
§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§



                                
                                                                                         Le vieil homme

 Un homme de 92 ans, petit, fier, bien rasé, bien coiffé et bien habillé tous les matins.
sa femme étant décédée quelques jours auparavant, il déménage dans un foyer pour personnes agées;
après plusieurs heures d'attente dans le hall d'acceuil du foyer,
il sourit gentiment lorsqu'on lui dit que sa chambre est prete.
Accompagné de l'auxiliaire de vie, chemin faisant, elle lui fit une description détaillée de sa chambre;
" je l'aime bokou"
dit il avec l'enthousiasme d'un petit garçon qui vient d'avoir un nouveau jouet !
L'auxiliaire lui répond :
"attendez un peu! vous ne l'avez pas encore vu!"
Cela n'a rien à voir, a t il répondu, le bonheur est quelque chose que je choisis à l'avance; cela ne dépend pas des meubles ou de la décoration; ça dépend plutot de la façon dont moi je les perçois!
C'est déjà décidé dans ma tete que j'aime ma chambre;
C'est une décision que je prends tous les matins à mon réveil;
J'ai le choix: je peux passer  la journée au lit en comptant toutes les difficultées dans toutes les parties de mon corps qui ne fonctionnent plus,
ou:
me lever et remercier le ciel pour toutes les parties qui fonctionnent encore!
Chaque jour est un cadeau! et aussi lontemps que je pourrai ouvrir mes yeux, je me focaliserai sur le nouveau jour et tous les souvenirs heureux que j'ai amassé tout au long de ma vie...

      Epilogue
La vieillesse est comme un compte en banque:  tu retires ce que tu as amassé...

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§                                                                        
            










                                                      
       
                                                           


Publié dans BELLES HISTOIRES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Marinart 11/03/2009 16:16

Bon-jour en te remerciant pour tes cadeaux musicaux de purs moment de plaisir!
la musique m'accompagne quand je peinds
merci ma belle âme que "la lumière" illumine chacun de tes jours...

mathou 18/02/2009 21:07

promis raksha, je n'ai pas pris les histoires sur ton blog; elles m'ont été envoyés par mes contacts; cela dit, c'est bien qu'elles soient
sur le max de blogs; l'interet: c'est de partager!
joyeusement
mathou

Raksha 18/02/2009 18:20

J'avais mis les deux histoires sur mon blog il y a quelques temps, j'adore, cela fait réfléchir en profondeur..